stress et sommeil

Stress et sommeil : un enjeu de performance


Certains réveils diurnes sont souvent révélateurs des angoisses de la journée vécues au  travail, suite à un conflit relationnel, une nouvelle prise de fonction, la prise en main d’une réunion face à la hiérarchie, …. Lorsque les nuits sont écourtées par ces petits états de veilles, avec 1heure à 2heures de sommeil en moins, alors la concentration au travail devient plus difficile et la performance n’est plus au rendez-vous !

Qu’est ce qui peut vous réveiller en pleine nuit et vous faire sauter un cycle de sommeil ?

Des tracas, des problèmes non résolus, une volonté de réussir, une excitation intellectuelle ou physique d’un projet à venir… Ces nuits répétées à ne plus dormir vont avoir une influence sur vos capacités intellectuelles, ces troubles du sommeil touchent 4 français sur 10 (étude de l’INSV sur « sommeil et Performance » 2012). Durant  la journée,  pour faire face au déficit de sommeil, les français ont recours à des boissons caféinées ou énergisantes (33% de la population).

Quand vous vous réveillez la nuit et que vous rencontrez des difficultés à vous rendormir, vous êtes dans quel état émotionnel ? A quoi pensez-vous ?

Une des causes de ces troubles du sommeil peut être le stress au travail. En 25 ans, le niveau de stress des hommes et des femmes a augmenté de 21% (24 % pour les hommes et 18% pour les femmes) (Réf : étude publiée dans le « Journal of Applied Social Psychology ».

Comment réagissons-nous face au stress ?

Le terme « stress » est communément employé dans les différentes couches professionnelles et sociétales. Les définitions et les travaux scientifiques sur ce sujet sont multiples. Je fais le choix de m’appuyer sur celle proposée par le psychologue Richard Lazarus (1984), qui explique que,  face à une situation stressante, l’individu mobilise ses ressources pour y faire face, tant sur le plan physique que psychologique.

stress et sommeil

De ce fait, il est vigilant et prêt à réagir : fuir, lutter ou rester immobile.

Stress et sommeil, quelles conséquences  ?

Quelques exemples de sommeil perturbés par le stress :

  • se réveiller en pleine nuit et ne plus pouvoir se rendormir (entre 2 heures et 4 heures du matin)
  • repenser aux tâches réalisées ou à faire pour le lendemain au travail
  • des douleurs musculaires
  • des troubles digestifs
  • des cauchemars

Pour comprendre les effets d’un sommeil agité, intéressons nous d’abord à ce qui se passe en amont de la nuit : notre journée. Comment s’est-elle déroulée ? Comment a-t-elle été vécue ?

Les stresseurs sont multiples et variés :

  • La prise de nouvelle fonction d’un poste
  • Etre privé de liberté dans un métier
  • Des exigences trop fortes de la hiérarchie
  • Manquer de ressources pour faire face à la situation
  • Des objectifs difficilement réalisables
  • Des attentes fortes de résultats et immédiates
  • Des projets trop ambitieux
  • ….

Si le stress se prolonge dans le temps et devient chronique, alors il peut avoir des conséquences sur différents plans : Physique (douleurs musculaires et articulaires, des troubles du sommeil), Emotionnel (sensibilité, angoisse), Intellectuelle (erreur, oubli) et Comportemental.

De plus, la réponse face à une situation stressante est différente d’un individu à un autre. Chacun a son seuil de tolérance.

Qu’est ce qui fait que le stress au travail peut avoir des conséquences sur la qualité du sommeil ?

Le problème du stress est qu’il vous maintient dans un état de vigilance, tant sur le plan physique, que mentale et émotionnel. C’est sur ces trois points qu’il convient d’agir pour pouvoir se reposer la nuit et être opérationnel et performant le lendemain. Une personne sur deux se sent moins performante au moins une fois dans la semaine et 70% souffrent des troubles du rythme du sommeil. Pour s’endormir, vous avez a besoin de lâcher-prise, de faire baisser le tonus musculaire afin d’être relâché, de vous poser « émotionnellement » et intellectuellement.

Quelques conseils pour trouver le sommeil et bien dormir :

  • Sur un plan physique : pratiquer une activité physique et sportive afin d’évacuer les mises en tension musculaire, avant 18h00. Pratiquer la relaxation. L’important est de s’oxygéner.
  • Sur un plan émotionnel : les activités méditatives, la marche à pieds (30 minutes suffisent), la sophrologie, le Yoga,  …
  • Sur un plan intellectuel : les activités qui vous détendent : un film à la télévision, aller au cinéma, un livre, …

Pensez à réaliser des choses qui vous font du bien !

Dans un prochain article, je développerai la notion de cycle de sommeil…..

A très bientôt

Cédric Lagrange

Laisser un commentaire